BURE : STOP ! Déchets nucléaires, ne pas enfouir !
Accueil > Cigéo / BURE > RISQUES de l’enfouissement > Séismes, hydrogène, hydrogéologie, etc.

Séismes, hydrogène, hydrogéologie, etc.

Dernier ajout : 11 avril 2014.

DES QUESTIONS SANS REPONSE :
Si ça fuit ?
La radioactivité peut-elle être contenue dans des bidons sous terre ? C’est bien beau de dire qu’on sait emballer mais la question n’a toujours pas de réponse : alors ça tiendra combien de temps ?

Si le sous-sol bouge ?
Garantir qu’aucun séisme profond n’arrivera jamais à BURE, comment y croire ?
A Fukushima, tout était sûr, balisé et prévu et l’impensable est arrivé.

Si l’eau circule ?
L’eau présente dans la roche sera un vecteur inéluctable de transport de la radioactivité qui un jour s’échappera des colis enfouis. Elle va suivre les réseaux de failles­ souterraines (niés par l’Andra). Elle va aller où ? Dans les nappes phréatiques, lesquelles ? Vers le Bassin Parisien ? On ne sait pas maîtriser la radioactivité en surface, alors perdue dans le sous-sol, ça peut donner quoi ?

Si les galeries ne tiennent pas le choc ?
Les galeries à -500m vont être soumises à des pressions considérables, comment évolueront-elles au fur et à mesure que les années s’accumulent ? Un petit séisme par là en plus et c’est la catastrophe...

Si la radioactivité remonte à la surface dès le début de la phase d’exploitation ?
Il y a émission d’hydrogène produit par certains type de déchets (MAVL). Cela nécessite une ventilation qui peut favoriser le relâchement de gaz radioactifs à la surface, avec contamination à la clé.

Si il y a un gros pépin à 500m sous terre ?
Des tas de risques sont associés au stockage souterrain : incendies possibles et très difficilement maîtrisables dans un tel complexe, risque d’explosion, dégradation des galeries souterraines et impact sur les colis enfouis, risque d’explosion en chaîne due à la masse énorme de radioéléments en présence...

Si on s’est trompé, qui en porte la responsabilité ?
Qui sera responsable d’un accident, d’une fuite, d’une contamination radioactive incontrôlable, au regard des générations qui arrivent ? Les mandats des élus et les lois se suivent, diluant toujours plus les responsabilités. Et le Principe de précaution, et l’éthique dans tout ça ? Cette question ne fait pas partie des réflexions autour du projet BURE.

Si on perd la mémoire du site ?
Comment et qui peut garantir la mémoire et l’emplacement d’un tel site souterrain sur des centaines et milliers d’années ? Le niveau de technologie des sociétés à suivre, qu’en sera-t-il, plus élaboré, radicalement différent ou alors inexistant ?