BURE : STOP ! Déchets nucléaires, ne pas enfouir !
Accueil > POURQUOI > Histoire d’enfouir > 1987 : premières tentatives

1987 : premières tentatives


Dès 1987, des tentatives d’enfouissement de déchets nucléaires infructueuses.
En mars 1987, quatre zones, situées dans l’Ain, l’Aisne, le Maine-et-Loire et les Deux-Sèvres, apprennent sans préalables, qu’elles ont été choisies comme sites possibles pour la construction d’un centre de stockage souterrain de déchets radioactifs à vie longue.

Face aux campagnes entreprises par L’ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs), des associations locales d’opposition se créent sur tous les sites, et se mettent en relation rapidement pour donner une unité nationale au refus des projets d’enfouissement.
Réunions d’information et démarches officielles et diverses se multiplient. L’imagination des opposants permet à chaque site de multiplier les actions symboliques : ici l’ANDRA voit des bidons entassés devant ses portes, là des blocs de granit remplissent la cour, ailleurs des poubelles sont déversées devant l’immeuble qu’elle loue, ou bien c’est goudron et plumes, sur la place du village, pour les véhicules qu’elle fait travailler. Labour de terres convoitées par l’ANDRA, « NON » humain photographié par avion, processions et livres d’or, stèle déclarant « ouverte la chasse à l’ANDRA », statue de la Démocratie tendant à un enfant un bidon de déchets radioactifs, plaque commémorant l’occupation de tel ou tel site…
Rares sont les débats contradictoires auxquels l’ANDRA accepte de participer. Par contre elle sait se faire appuyer par les gendarmes mobiles, en 1987, 1988 et surtout en 1989-90. Les affrontements sont parfois très durs : véhicules incendiés, routes coupées.
Beaucoup de conseils municipaux ont pris progressivement position contre le projet. De nombreux élus de chaque site, conseillers généraux, députés et sénateurs, indépendamment de leur appartenance politique, lient des contacts avec leurs homologues des autres sites
Une telle opposition unanime aboutit en 1990 à l’arrêt des travaux dans les quatre sites, évacuation du matériel et départ des forces de l’ordre.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous contacter | Espace privé | SPIP | squelette CSS Valide !