L'enfouissement des déchets atomiques est inacceptable !

Quelques citations de scientifiques

" C'est contraire à la logique, quand on possède quelque chose de dangereux, on ne va pas le cacher car il faut pouvoir le surveiller et y accéder au besoin. On ne met pas n'importe quoi n'importe où. "

(Monsieur TISSOT , Président de la Commission Nationale d'Evaluation, le 19 mars 99).

 

" Cette solution n'est pas satisfaisante et l'on a raison de se mobiliser contre ces méthodes de stockage. Géologiquement parlant, le sous-sol est le plus mauvais endroit pour stocker des déchets à long terme . Pourquoi ? Il contient de l'eau qui circule et pénètre tout…. ".

( Claude ALLEGRE, Président du Bureau de Recherches Géologiques et Minières.

 

" L'enfouissement n'est pas fiable pour piéger la radioactivité. Des essais ont déjà été réalisés aux Etats Unis : on pensait que les déchets serait piégés par les argiles pendant 200 000 ans… En fait, ces déchets ont migrés en 20 ans dans la nappe phréatique située à 5 mètres en dessous… "

( Arjun MAKHIJANI, Physicien nucléaire directeur de l'Institut de Recherche sur l'Energie et l'Environnement, conférence de Bar le Duc, 27 juillet 2000)

 

Les risques pour la santé de la radioactivité artificielle, même à petite dose, sont désormais prouvés par des scientifiques.

" Ces poisons sont redoutables même en très petites quantités. Le calcul des effets internes de proximité démontre aisément qu'une poussière de plutonium 239 de seulement 1 millième de millimètre d'épaisseur qui est parvenue à pénétrer dans un poumon génère ce qu'on appelle un point chaud. Ce phénomène très ionisant ponctuel conduit au cancer avec certitude. Elles sont loin les croyances d'irradiation faible par contamination interne ! "

Maurice Eugène ANDRE , spécialiste en protection nucléaire biologique et chimique , Vérités Santé pratique 14 octobre 2000)

 

Il est prévu , dés à présent, qu'il y aura des fuites ! Et donc des mutations génétiques, des cancers , des morts…

" Il est impossible de prouver qu'un confinement restera efficace jusqu'à la décroissance totale de la radioactivité….Le but d'un stockage est de retarder, freiner , limiter le retour de la radioactivité à la surface. " ( Rapport BATAILLE , page 73 , mars 93).

 

" La migration et la dilution dans la géosphère constitue un paramètre essentiel pour garantir la sûreté d'un stockage " (page XII rapport CNE sur la réversibilité juin 98)

 

Quand nos décideurs jouent avec les pourcentages de décès, les exemples récents ( affaire du sang contaminé, amiante, vache folle, etc… ) nous montrent qu'il faut craindre le pire !

" La société actuelle semble prête à accepter , (pour l'enfouissement) , un risque de l'ordre de un mort pour un million et par an. "

( Les déchets nucléaires, Société Française de Physique 97).

Dans les années 1970, les technocrates affirmaient que le risque d'accident nucléaire majeur était de un accident par milliard d'années. Ils le jugeaient quasi impossible. Depuis, il y a eu Tchernobyl et Three Mile Island, etc…..

 

Les " recherches " sur l'enfouissement reposent sur de nombreuses hypothèses sur la migration de la radioactivité dans les roches et dans l'eau, puis dans les êtres vivants, sur le nombre de décès ou de mutation génétiques que tout cela provoquera…… Effrayant non ? Qui peut y croire !…

 

Il faut donc estimer la probabilité d'occurrence des évènements, et les conséquences en terme de doses reçues par les populations vivant sur place dans le futur. On voit tout de suite que l'exercice n'est pas simple. La manière la plus fréquente de s'en charger est de fonctionner par scénarios …etc…etc… ". ( Les déchets nucléaires, Société Française de Physique 97).

 

Pour des raisons économiques, le choix de l'enfouissement est déjà fait !

Donc quels que soient les résultats des soit disant recherches , on enfouira !

" L'abondance et la diversité des déchets , laisse peu d'espoir de les voir placer dans des conteneurs de longue durée de vie pour les installer de façon sûre en surface ou en subsurface " ;

(Rapport CNE sur la réversibilité juin 98 page III et page VII)

 

En profondeur, ce sera irréversible !

" Le stockage est supposé réversible pendant sa phase d'exploitation ( 50 à 70 ans) et irréversible après sa fermeture définitive . "

" La réversibilité est complexe pour les stockages profonds à cause de la triple barrière : conteneur- barrière ouvragée-barrières géologiques, elle est difficile voire improbable à long terme.

(Page 4 , relevé de conclusions du cabinet du Premier Ministre du 9 décembre 99)

 

" La réversibilité ne doit pas nuire à la compétitivité de l'industrie nucléaire "

( Rapport CNE sur la réversibilité page VIIIet page III)

 

Le problème n'est pas posé de manière scientifique !

 

" Déchet : un problème mal posé donc mal géré. Notons que les chercheurs de site veulent imposer leur vision, ils ne veulent pas entendre les citoyens. … "

(Monique SENE, Physicienne nucléaire, La Gazette nucléaire juillet 2000 )

 

" C'est de la fausse science ! Il faut revenir à la science de base, c'est-à-dire poser le problème des déchets en tenant compte des travaux déjà effectués dans les laboratoires du monde entier. Il faut arrêter les travaux de Bure parce qu'un trou ça devient politiquement très, très attirant. On ne pourra pas résister à y envoyer les déchets. Je sais aujourd'hui qu'il n'y a pas de bonne solution. La transmutation n'est pas applicable aux déchets en grande quantité et l'enfouissement n' est pas fiable pour piéger la radioactivité, il faut alors opter pour le " moins pire" : le stockage des déchets sur leur lieu de production . "

( Arjun MAKHIJANI)